Chèvres…

LES CHÈVRES

Le troupeau, rustique, bien adapté au milieu, est conduit en extensif, pâturant les prairies et sous-bois aux rythme des végétaux. Ici d’anciennes prairies ont été ré-ouvertes, là les landes délaissées montrent à nouveau leurs richesses, leur diversité ; et les forêts fournissent feuilles, fraîcheur et bois de chauffage. Été comme hiver, au gré de la météo, les chèvres se nourrissent principalement à l’extérieur. Elles sont complémentées à la chèvrerie par des fourrages produits en partie sur la ferme et par de l’orge biologique produit localement.

Ici peu de soins vétérinaires, peu de remèdes distribués aux animaux, mais plutôt de la simplicité dans les pratiques d’élevage, de la confiance attribuée aux chèvres, elles savent ce qui est bon pour elles.

Dans un contexte d’élevage, l’animal enseigne qu’il est à sa place, libre et autonome, l’écho se fait sentir en soi…respect, gratitude…l’écoute se met en place, d’autres liens, d’autres possibles apparaissent entre l’homme et l’animal. Qui de l’un élève l’autre ?

Le fumier, issu des déjections des chèvres et de la paille en litière trouve toute sa noblesse, après compostage, dans la fertilisation naturelle des prairies.
C’est un véritable cycle naturel et agricole.
Le lien à l’animal…
Malgré notre choix d’arrêter la production laitière et donc la fabrication fromagère,
l’animal garde une place très importante sur ce lieu, dans une relation d’égal à égal. Ici il est libre. Nous souhaitons créer un lien différent entre l’homme et l’animal.